Dernière pluie

Publié le par Elisabeth Righini

DERNIÈRE PLUIE

Les gouttes, elles ont des yeux recroquevillés

Minuscules, suintant, légèrement bridés.

Leur nez fin dégouline et devient mignon

L'été, quand elles marchent avec un baluchon.

Elles ont peur les toutes petites gouttelettes.

Ces enfants, les yeux encore clos, les cadettes ;

Entendent le bruit sourd d’énormes nuages

Qui se cognent, dévient, fuient pendant cet orage.

L'eau coule sur le macadam, dans les garages

De la Marne. On vide la cave avec des seaux

Et appelle l'assurance pour ces ravages.

Cet agent naturel doit trente mille euros.

Enrôlées dans le cycle naturel, les gouttes

Chutent sur le sol, sur des têtes et des moumoutes.

Légères et lentes, les gouttelettes ruissellent

Sur la route en créant un motif de dentelle.

Entre Nemours, Coulommiers ; la pluie, les averses

Tombent à vau-l’eau,

Bouleversent,

Nos eaux.

Publié dans poésies

Commenter cet article