Dévergonder la poésie

Publié le par Elisabeth Righini

On m'accusera peut-être d'être vulgaire. Qu'à cela ne tienne. Ma première poésie sur Satan, la Mort _ j'avais quinze ans, il est connu à c't'âge là de se focaliser parfois sur les symboles et de se classer "gothique", "hardos" par exemple_ comportait des mots "poétiques" que je trouvais beaux, bien choisis, originaux : "onde", "onguent", "Serpent d'airain". Depuis je me prends moins la tête à rechercher le mot rare. J'ai l'impression que cela n'ajoute rien dans mes projets. J'essaye de caler des sentiments dans mes dires : de la colère, de la mélancolie et que ma manière de l'exprimer passe par un ton, une musicalité, des mots durs.

Publié dans Newsletter

Commenter cet article