Ecrivain en herbe

Publié le par Elisabeth Righini

Depuis mon enfance, mes 8-9 ans, âge auquel j'ai commencé à écrire, à vouloir créer des histoires ; j'abandonne sans cesse cette activité, je fais sans cesse des pauses, jusqu'à ce que ce désir revienne. Parfois deux jours. Parfois 6 mois. Parfois des années. J'aime laisser mûrir les idées. Et c'est aussi une erreur. Reprendre un texte, c'est le réécrire, le perfectionner, et se confronter à un travail sans fin car on trouve toujours mieux, une meilleure manière de dire, un style différent. Le style, cette marque très personnelle se modifie avec l'âge, avec les écrits, avec le vécu. Je suis sujette à ne rien finir et me force en quelques sortes par ce blog à achever enfin des textes. Quelle surprise de voir que ce que j'écris colle avec l'époque. Je rigole de voir des termes archaïques que l'on n'utilise plus comme baladeur, pantalon stretch par exemple. Il est rassurant d'être ancrée dans une époque. J'ai eu ma phase poésie, une phase très personnelle, des idées tristes, très privées, désolé lecteur ; je donne mes textes au compte-gouttes. Et surement, certains jamais. A moins que...

Publié dans newsletter

Commenter cet article