Une saison en Enfer

Publié le par Elisabeth Righini

UNE SAISON EN ENFER

Ma tête se demande aujourd’hui, tous les jours
Durant les laps de temps, les moments de répits
Bref, je me rends compte, à chaque instant de ma vie
Lequel de mes ennemis va me cuire au four.

J’aperçois l’ennui au détour de ce chemin
Adversaire décuplant mon envie de rien
Cercle vicieux : je m’ennuie et l’ennui m’étouffe
Plus je m’ennuie, moins je désire : ça me bouffe.

La culpabilité surgit dans le sentier
C’est uniquement de ma faute si elle vient
Suggérant subrepticement un flot d’idées
Qui submerge mon esprit accablé de larcins.

Soudain le Passé s’immisce dans la réunion
Empruntant des chemins tortueux, dissimulés
Le Passé tortureur suscite des regrets
Tuant à chaque ancienne agréable sensation.

Je rêve un rêve, une envie, à chaque seconde :
M’éclater, mourir ; c’est confus. Mes désirs abondent
Cependant, mon corps, ma tête sont tout en paradoxe
Le Rien, l’inanité sont mes deux sacerdoces

J’imagine que là, on ne me comprend plus
Peut-être, sur le trajet, je me suis perdu.

Publié dans poésies

Commenter cet article