Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

8 articles avec coup de coeur

SE FAIRE EDITER

Publié le par Elisabeth Righini

Chers internautes, chers auteurs,

Je me suis longtemps posé la question, de nombreuses questions sur l'édition. J'ai tendance à me dire que je ne suis pas la seule. Faut-il protéger ses textes ? Ma décision a été automatique, j'ai protégé. J'ignore si c'est mieux ou pas. Faut-il passer par une maison d'édition classique : Gallimard, Persée ou autres ; faire de l'auto-édition "Edilivre, Publibook, Google" ; ou publier à compte d'auteur ? Et je tombe sur cet article qui sera désormais ma bible, si je puis m'exprimer ainsi. Des réponses à mes principale questions que les "auteurs en herbe" pourront se poser !

Publié dans Coup de coeur, Newsletter

Partager cet article

Repost 0

FESTIVAL DE FILMS COURTS DE MAISONS-LAFFITTE #2

Publié le par Elisabeth Righini

A vos caméras ! Scénarisez, cadrez, montez, pour cet événement débutant le 15 Août

Publié dans Newsletter, Coup de coeur

Partager cet article

Repost 0

Citation de MOI ;)) sur l'amour

Publié le par Elisabeth Righini

Citation de MOI ;)) sur l'amour

Bonsoir,

Juste là ce soir, je repense à un thème abstrait : l'amour.  Cela me fait pas mal penser. C'est le cas de le dire ! D'autant plus que je ne le comprends pas toujours. Aléatoire, violent, passion, bénéfique, mortifère ; enfin voilà ça peut donner des bombes à retardement cte chose ;))).

Donc j'ai écrit cette petite phrase, 2 lignes. J'ai résumé le sentiment dans des goûts. N'oublions pas qu'il est si agréable parfois.

Miam l'amour !!!

"L'amour est dur et alvéolé. Doux comme une plume. Léger comme un ongle. Aussi amer que l’huile de foie de morue. Plus acidulé que les agrumes", ©2017, Elisabeth Righini

 

Publié dans Coup de coeur, Newsletter

Partager cet article

Repost 0

En mode citation

Publié le par Elisabeth Righini

Bonjour,

Je pense à vous... hahaha. Et pour info, je suis en mode citation. A voir dans mes coups de coeur. C'est fou, mais des petit mots, des formules me stoppent souvent. J'ai envie de partager cela. Bonne lecture et réflexion éventuellement. Au plaisir de partager !

Publié dans Coup de coeur, Newsletter

Partager cet article

Repost 0

Citation de Beksinski

Publié le par Elisabeth Righini

Bonjour à tous,

J'adore les tableaux de Beksinski. J'en avais déjà parlé. En consultant un livre sur ces oeuvres, j'ai noté quelques phrases. Cela me fait cogiter :

" Ainsi c'est contraint et forcé que je confie ces quelques réflexions sur mon travail car je doute de leur utilité. Comme je doute de l'utilité de tout ce que je fais".

Publié dans Coup de coeur, newsletter

Partager cet article

Repost 0

LE TRAVAIL, c'est la santé

Publié le par Elisabeth Righini

Voici un nouveau coup de cœur. Je relis un livre, car je ne me souviens plus de la fin. Cela m'arrive souvent !!!! Et une phrase m'a stoppé. J'ai relu deux fois. J'ai envie de la noter ici. J'espère que ça retiendra votre attention. On est dans le réel. C'est tellement bien dit. Voici :

" Toute l'année, les animaux trimèrent comme des esclaves, mais leur travail les rendait heureux. Ils ne rechignaient ni à la peine ni au sacrifice, sachant bien que, de tout le mal qu'ils se donnaient, eux-mêmes recueilleraient les fruits, ou à défaut leur descendance".

A méditer ;)

Le TRAVAIL, c'est la santé - HENRI SALVADOR

Publié dans Coup de coeur, Newsletter

Partager cet article

Repost 0

Zdzislaw Beksinski

Publié le par Elisabeth Righini

Quelques phrases de cet artiste qui ne m'ont jamais laissée indifférente :

"Ainsi c'est contraint et forcé que je confie ces quelques réflexions sur mon travail car je doute de leur utilité. Comme je doute de l'utilité de tout ce que je fais".

"Je n'ai d'ailleurs jamais cru, et ne crois toujours en rien".

"Le seul bagage que je porte en moi et que je pourrais transmettre aux autres est fait de doutes. J'en suis rempli à ras-bord".

"Pour le plus grand plaisir d'avoir peur, destination l'univers lugubre du feu artiste polonais Zdzisław Beksiński où la moelle mortifère, c'est son casse-croûte favori : quand il peint, quand il sculpte, quand il photographie. Que l'on pende sur le champ le bon goût ; vive l'art des fous fulminant sur le gril macabre !".

Chers lecteur, depuis pas mal de temps, je suis fan de ce peintre dont j'ai déjà copié, plus ou moins bien, quelques œuvres. Le thème de la mort, les corps, la souffrance, cette sensation agréable d'avoir peur et de s'extasier devant des dessins macabres : je connais bien.

Je vais publier sur le thème de la mort. Dans ce champ lexical, j'ai inclus bien entendu Satan. Puis j'ai voulu recréer une représentation de l'enfer. J'espère que cela vous délectera. Je suis restée ensuite sur le pourtour dans une balade dans les méandres d'un trajet psychologique complexe. où j'ai essayé de célébrer l'évanescence des choses.

 

LE PREMIER : http://elisabeth.righini.over-blog.com/

Bonne première lecture sur la mort ! 

Zdzislaw Beksinski

Publié dans Coup de coeur

Partager cet article

Repost 0

La Romance du vin, Emile Nelligan

Publié le par Elisabeth Righini

"Je suis gai ! Je suis gai !", cette phrase me fait frissonner. Cela m'a donné envie de parler du rire, de quand on rit de bon coeur, de quand on n'arrive plus à s'arrêter et que l'on fait sourire les autres autour de soi, de quand on meurt de rire. J'espère que mon texte résume l'hilarité contagieuse, un peu maussade et que cette avalanche agréable (il faudrait rire une fois au moins par jour !) soit éphémère mais si bonne.

http://elisabeth.righini.over-blog.com/2016/06/rire.html

Emile Nelligan

Emile Nelligan

Le romance du vin

Tout se mêle en un vif éclat de gaîté verte.
O le beau soir de mai ! Tous les oiseaux en chœur,
Ainsi que les espoirs naguères à mon cœur,
Modulent leur prélude à ma croisée ouverte.


O le beau soir de mai ! le joyeux soir de mai !
Un orgue au loin éclate en froides mélopées
Et les rayons, ainsi que de pourpres épées,
Percent le cœur du jour qui se meurt parfumé.


Je suis gai ! je suis gai ! Dans le cristal qui chante,
Verse, verse le vin ! verse encore et toujours,
Que je puisse oublier la tristesse des jours,
Dans le dédain que j'ai de la foule méchante !


Je suis gai ! je suis gai ! Vive le vin et l'Art !...
J'ai le rêve de faire aussi des vers célèbres,
Des vers qui gémiront les musiques funèbres
Des vents d'automne au loin passant dans le brouillard.


C'est le règne du rire amer et de la rage
De se savoir poète et l'objet du mépris,
De se savoir un cœur et de n'être compris
Que par le clair de lune et les grands soirs d'orage !


Femmes ! je bois à vous qui riez du chemin
Où l'Idéal m'appelle en ouvrant ses bras roses;
Je bois à vous surtout, hommes aux fronts moroses
Qui dédaignez ma vie et repoussez ma main !


Pendant que tout l'azur s'étoile dans la gloire,
Et qu'un hymne s'entonne au renouveau doré,
Sur le jour expirant je n'ai donc pas pleuré,
Moi qui marche à tâtons dans ma jeunesse noire !


Je suis gai ! je suis gai ! Vive le soir de mai !
Je suis follement gai, sans être pourtant ivre !...
Serait-ce que je suis enfin heureux de vivre;
Enfin mon cœur est-il guéri d'avoir aimé ?


Les cloches ont chanté; le vent du soir odore...
Et pendant que le vin ruisselle à joyeux flots,
Je suis si gai, si gai, dans mon rire sonore,
Oh ! si gai, que j'ai peur d'éclater en sanglots !

Publié dans Coup de coeur

Partager cet article

Repost 0

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre de Elisabeth Righini est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.